Mūza Rubackytė, piano

MUZA est née en Lituanie, elle vit entre Vilnius, Paris et Genève.
Après des études au Conservatoire de Moscou, elle est lauréate du concours All Union à Saint-Pétersbourg, du Grand Prix du Concours international de piano Liszt-Bartok de Budapest, du Concours international Les Grands Maîtres Français de l’Association Triptyque…
MUZA est l’invitée de festivals et scènes prestigieux des 5 continents : de la salle Gaveau à l’Opéra de Santiago du Chili, de Bagatelle au Concertgebouw d’Amsterdam, de l’Opéra Bastille aux plus grandes salles des USA, du Wigmore Hall de Londres à Pékin, Auckland ou Pretoria…
En 1999 Beethoven Archives de Bonn lui confient la version inédite pour piano et quintette à cordes du Concerto N°4 de Beethoven qu’elle enregistre en première mondiale.
Lisztienne dans l’âme, elle est sollicitée par le comité international du bicentenaire de la naissance du compositeur hongrois et le Ministère de la Culture lui attribue le prix Pro Cultura Hungarica.
En 2012 elle offre le concerto Résurrection pour piano et orchestre de Penderecki en hommage aux victimes du 11 septembre, à Puerto Rico, au Festival de Piano de Vilnius, puis à Varsovie pour le 80e anniversaire du Maître.
MUZA est régulièrement sollicitée dans les jurys des Concours internationaux et accorde une large place à l’enseignement.
En Lituanie, elle reçoit la Légion d’Honneur pour son action pour l’Indépendance (elle ne sera autorisée à quitter l’URSSS qu’en 1989) et plusieurs décorations pour son engagement comme ambassadrice de la culture. En 2009 elle fonde le Festival biennal de piano de Vilnius. La 5è édition aura lieu en novembre 2017.
MUZA, qui ne recule devant aucun défi, aime à jouer les intégrales : Les Années de Pèlerinage à Bayreuth, au Festival Liszt à Raiding, Les 24 préludes et fugues de Shostakovitch, Les 12 Etudes d’exécution transcendante de Liszt au Festival de Radio France et Montpellier…
Sa discographie compte une trentaine de titres : Années de Pèlerinage et Etudes de Concert de Liszt (Lyrinx), 24 préludes et fugues de Shostakovich et œuvres pour piano de Louis Vierne (2015) et avec quatuor à cordes et voix (2016) (Brilliant Classics), concertos pour piano et orchestre de Beethoven, Liszt, Shostakovich, Prokofiev, Schnittke, Saint-Saëns… Great Lithuanian live recordings (Doron). Fin 2017 sortiront les sonates de J. Reubke pour piano et orgue avec Olivier Vernet (Ligia).

www.muza.fr

Biographie mise à jour par CKSM le 4 avril 2017

Version longue

Camille Berthollet, violoncelle et violon & Julie Berthollet, violon

Crédit photo: Simon Fowler

Julie Berthollet,  née en 1997 à l’Ile Maurice, Franco-Suisse, a débuté le violon à 4 ans à Annecy et a poursuivi son cursus à Genève en 2006. Julie a aussi étudié avec Mimi Zweig à la Jacob School of Music à Bloomington durant trois étés. Elle a suivi les cours de violon une année dans la « Zakhar Bron School of Music » à Zurich. Elle a ensuite étudié à Vienne dans l’école Amadeus. Elle termine son bachelor avec Mihaela Martin à la Haute Ecole de Musique de Genève.

Elle a obtenu le 1er prix du Concours Vattelot-Rampal en 2006, 2007, 2008 et 2009. Elle a également obtenu différents 1ers prix au Concours Suisse pour la Jeunesse; en violon en 2008 et 2010, puis  a obtenu le 1er prix avec mention en 2014, en alto en 2012 et en duo et quatuor à maintes reprises.

En 2010 Julie a gagné la « Concerto Competition » lors de de la SSA de Bloomington. Elle a obtenu la 3ème place du Concours International TIM en 2012 à Paris. En 2013, elle a obtenu le 2ème prix du prestigieux Concours international Mary Smart en catégorie senior (16 à 35 ans) à New-York. Julie a gagné en 2014 le 1er prix du concours international « Talents for Europe ».

Elle a joué en soliste avec différents orchestres dont le ZKO, l’Orchestre du Capitole de Toulouse,  l’Orchestre d’Auvergne, etc.

Julie a débuté le piano à l’âge de 8 ans et étudie actuellement avec Mme Balet-Kameda. Elle a déjà gagné à 6 reprises le prix de jeune accompagnatrice lors du Concours Suisse pour la Jeunesse. Elle a remporté en 2015 le 1er prix avec les félicitations du jury du Concours de Piano du CMG de Genève.

Pour satisfaire sa passion de la musique Julie compose et effectue des arrangements.

Elle a eu le privilège de se produire à plusieurs reprises avec des Stradivarius et Del Gesu. Elle a suivi les masterclasses de Mihaela Martin, Zakhar Bron, Tai Murray Marc Kaplan, Shlomo Mintz, etc. Julie s’est produite à de nombreuses reprises en concert en Suisse, en France, en Allemagne, en Autriche, au Liechtenstein, en Italie, aux États-Unis, en Russie et en Asie.

Julie a sorti un nouvel album, déjà disque d’or, sous le label Warner Classics accompagnée par l’orchestre Philarmonique de Monte Carlo  à l’automne 2016.

Elle  est  invitée à se produire très régulièrement  lors de nombreuses émissions  de radio et  télévision.

Récemment, elle s’est produite en soliste avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse, l’Orchestre Philarmonique de Monte Carlo, l’Orchestre d’Auvergne,  l’Orchestre des Nations Unies, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre de Chambre de Zurich.


Julie et Camille se produisent très régulièrement ensemble.

Elles ont gagné différents prix en duo, dont le 1er prix avec mention lors du SJMW en 2011, 2013 et 2015, se sont également qualifiées pour les finales en duo lors du Concours International TIM en 2012 (le plus jeune duo qualifié). Elles ont aussi été invitées à jouer avec leur quatuor en avant-première du Concert du prestigieux Tokyo String Quartet à Genève. Elles ont été invitées à jouer en trio à New-York en août 2013 et pour WQXR aux USA, la radio classique n°1 à New York.

Elles sont invitées très régulièrement dans de nombreux festivals et salles prestigieuses telles que la Salle Pleyel, la salle Gaveau, le Théâtre des Champs Elysées et l’Olympia à Paris ainsi que le Victoria Hall à Genève.


Camille Berthollet, née en 1999, Franco-Suisse, a commencé le violoncelle à 4 ans à Annecy et est entrée au Conservatoire de Genève dans la section Musimax à l’âge de dix ans. Elle a ensuite été admise à douze ans au Conservatoire de Lyon dans la classe d’Augustin Lefebvre; elle a obtenu la mention « Très Bien à l’unanimité du jury avec les félicitations » lors de l’examen final du DEM en juin 2013,  a été admise la même année en licence à la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de François Guye. Camille a terminé sa licence en juin 2016. Elle a intégré en 2016  la prestigieuse Chapelle Musicale Reine Elisabeth à Bruxelles dans la classe de Gary Hoffman ainsi qu’en master au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Jeroen Reuling. Dès l’âge de six ans et à maintes reprises, Camille a obtenu le 1er prix du Concours Vattelot-Rampal à Aix-les-Bains et Paris. En 2010, 2012 et 2014 elle a aussi gagné le 1er prix du Concours Suisse pour la Jeunesse et a obtenu en  2012 le 1er prix du Concours Popper à Paris. En 2013, elle s’est produite au festival de violoncelle de Beauvais avec l’orchestre du Festival. Camille a suivi des masterclasses avec de prestigieux professeurs tels que Philippe Muller, Frans Helmerson, Gary Hoffman, Gustav Rivinius, Leonid Gorokhov, Susan Moses, Denis Severin, Marcio Carneiro, Christophe Coin et le le Tokyo String Quartet.

Son premier album intitulé « Camille Berthollet » est sorti en octobre 2015 sous le label Warner Calssics,  vendu à près de 100 000 exemplaires.

Son deuxième album « Camille et Julie Berthollet », toujours sous le même label, accompagné par l’orchestre Philarmonique de Monte-Carlo est sorti à l’automne 2016 et est déjà disque d’or.

En parallèle, Camille a débuté le violon à 8 ans à Genève. Elle a également pu bénéficier des cours de Mimi Zweig à la Jacob School of Music de Bloomington, dans l’école de Zakhar Bron, ainsi qu’à Vienne dans l’école internationale Amadeus.

Elle a obtenu le 1er prix au Concours Suisse pour la Jeunesse en 2008, 2010 et 2014 et a gagné le 1er prix du Concours Vattelot-Rampal à de nombreuses reprises en violon. En juillet 2011, elle a gagné la « Concerto Competition » lors de la SSA de Bloomington. En 2012 elle a été lauréate du Concours International TIM à Paris. En août 2013, elle a obtenu le 2ème prix du prestigieux concours international Mary Smart à New-York dans la catégorie des moins de seize ans et a obtenu le 1er prix du concours Talents for Europe des moins de dix-sept ans en 2014. Elle s’est produite à plusieurs reprises avec des Stradivarius et DelGesu en Europe, en Asie ainsi qu’aux Etats-Unis. Camille a suivi des masterclasses de grands maîtres tels que Mihaela Martin, Mimi Zweig, Shlomo Mintz, Zakhar Bron, etc.

Elle se produit très régulièrement en tant que soliste en violoncelle ainsi qu’en violon. Elle s’est, entre autres, produite récemment avec l’orchestre Philarmonique de Monte-Carlo, l’orchestre national de Montpellier, l’orchestre du Capitole de Toulouse, l’orchestre d’Auvergne, l’orchestre de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Orchestre des Nations-Unies, L’Orchestre Philarmonique du Pays d’Aix, etc.

Camille est la grande gagnante du concours « Prodiges » 2014, diffusé sur France 2.

Elle a été nommée aux Victoires de la Musique Classique 2016 dans la catégorie « Révélation soliste instrumental de l’année ».

Pierre Héritier, baryton

Né dans une famille de musiciens, le baryton suisse Pierre Héritier est plongé dans le chant dès son plus jeune âge. Tout d’abord au sein de la Schola des Petits Chanteurs de Sion, placée alors sous la direction de son père, Bernard Héritier, puis dans les rangs de la Maîtrise de la Cathédrale de Sion et du chœur Novantiqua.

Après des études universitaires à Fribourg, Pierre intègre la HEM de Genève dans la classe de Gilles Cachemaille. Parallèlement, il se forme auprès  d’Isabelle Henriquez. Il participe à de nombreuses Masterclasses et est sélectionné par des structures pour jeune chanteur comme l’Académie Baroque d’Ambronay ou l’Opéra Studio de Genève.

A l’Opéra Studio de Lyon, il  poursuit sa formation auprès de Jean-Paul Fouchécourt . Il incarne notamment Tom dans Jérémy Fisher d’Aboulker et Madame Madou dans Mesdames de la Halle de Offenbach. Avant ça, il a été Guglielmo dans Cosi fan tutte, le Comte Almaviva dans Le nozze di Figaro, Tobia Mill dans La cambiale di matrimonio, le Figaro de Il barbiere di Siviglia, Hercules dans Hercules et Melisso dans Alcina de Haendel, Harasta dans La Petite Renarde rusée de Janacek…

Pierre est appelé à chanter comme soliste dans de nombreux oratorios : Le Messie de Haendel, les Passions selon saint Jean et saint Mathieu de Bach, les Oratorios de Noël de Bach et de Saint-Saëns, les Requiem de Mozart, Fauré et Duruflé, le Requiem allemand de Brahms, les Vêpres de Monteverdi. Avec le pianiste Juan David Molano, il se produit en récital pour les Dichterliebe de Schumann et Die schöne Müllerin de Schubert.

Au travers ses engagements, il rencontre des chefs comme Kazushi Ono, Sébastien d’Hérin, Ivan Törzs, Nicholas Jenkins, Sigiswald Kuijken, Ton Koopman, Bernard Héritier, Leonardo Alarcon et des metteurs en scène comme Michel Dieuaide, Jean Lacornerie, Cédric Dorier, Ellen Hammer, Andreas Rosas, James Bonas.

Lors de la saison 2016/2017, Pierre sera l’Horloge et le Chat de L’enfant et les sortilèges à l’Opéra de Lyon, et Liberto et le Littore dans Incoronazione di Poppea à l’Opéra Royal de Versailles et à l’Opéra de Vichy.

LinkedIn

Raphaël Favre, ténor

Né à La Chaux-de-Fonds, Raphaël Favre commence l’étude du chant avec Marie-Lise de Montmollin et poursuit sa formation au conservatoire de sa ville natale, avec un diplôme d’enseignement en 2000. Il se perfectionne ensuite avec Christoph Prégardien à la Haute école de musique de Zurich, où il obtient un diplôme de concert en 2004 et un diplôme de soliste en 2006.

Pendant ses études, il a également la chance d’approfondir ses connaissances dans le domaine du lied, grâce à l’enseignement du pianiste Hartmut Höll.

Il remporte en 2006 avec la pianiste Chiho Togawa le 3e prix du Concours international Franz Schubert et la musique de la modernité de Graz et en 2007 le 3ème prix du Concours international de lied de Stuttgart.

On a pu l’entendre dans des événements musicaux comme le Rheingau Musik Festival (D), le Ludwigsburger Schlossfestspiele (D), le Kissinger Sommer (D), le Festival de Noirlac (F), ou les Folles Journées de Nantes, Bilbao et Lisbonne.

Son répertoire comprend les principales œuvres sacrées de Monteverdi, Bach, Haendel ou Mozart. Des oratorios romantiques et modernes ainsi qu’une très grande quantité de Lieder allemands, mélodies françaises et anglaises. Raphaël Favre interprète également très volontiers la polyphonie de la renaissance ainsi que la musique contemporaine.

Il a fait ses débuts à l’opéra en tant que Paolino dans Il matrimonio segreto  de D. Cimarosa. Il interprète également les rôles de Tamino dans Die Zauberflöte de W.-A. Mozart et Medoro dans Orlando Paladino de J. Haydn, 1er Manager Neues vom Tage de P. Hindemith, et Hans Scholl dans Weiße Rose de U. Zimmermann.

Il a par ailleurs participé à de nombreux festivals en Suisse, France, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Belgique ou au Japon avec des chefs tels que Michel Corboz, John Nelson, Michael Hofstetter, Dominique Tille, Philippe Krüttli, Jérémie Rhorer, Thomas Rösner, Adriano Giardina, Laurent Gay, Marc Kissoczy, Peter Siegwart ou Jan Schultsz.

Site officiel

Jordanka Milkova, mezzo-soprano

La cantatrice mezzo-soprano Jordanka Milkova étudie le chant à l’Académie de musique de sa ville natale, Sofia. Elle poursuit ensuite  sa formation au Studio Suisse d’Opéra, à la Haute école des arts de Berne, dont elle sort diplômée avec mention.

Elle intègre ensuite le Stadttheater Pforzheim, avant de devenir, quelques années plus tard, membre de l’ensemble du Staatstheater Nürnberg. où elle se constitue un large répertoire dans le registre mezzo. De nombreux engagements la conduisent  à se produire sur des scènes d’opéra  et de théâtre dans toute l’Europe : à l’Helsinki Music Center, au Tampere Hall en Finlande, à la Tonhalle de Zurich, au Casino de Berne, au KKL Luzern, au Grand Casino de Bâle, la Tonhalle de Düsseldorf, à la Philharmonie de Sofia, au Théâtre National du Luxembourg, au Teatro Comunale di Ferrara, au Teatro Comunale Luciano Pavarotti di Modena, au Mikhailovsky Theater à Saint-Petersbourg, au Savonlinna Opera Festival, au Hong Kong Arts Festival et plus encore.

Son vaste répertoire couvre les grandes parties de mezzo-soprano telles que Carmen, Dalila, Eboli, Amneris, Ulrica, Clytemnestre, Jezibaba, La princesse étrangère, Le compositeur, Hänsel, Ascanio, Annio, ainsi que Dorabella, Fenena, Erda, Suzuki, Maddalena et bien d’autres. En font partie également le Requiem de Verdi, le Requiem de Mozart, les Symphonies n° 2 et n° 8 de Gustav Mahler, les 7 Lieder d’Alma Mahler, le Stabat Mater de Dvorak, la Symphonie  des chants plaintifs de Gorecki et les Wesendoncklieder de Wagner.

Plusieurs critiques du magazine Opernwelt ont élu Jordanka Milkova «meilleure jeune artiste» pour son interprétation d’Amneris. En direct du Staatstheater Nürnberg, la chaîne de radio Bayern Klassikradio (BR Klassik) a diffusé la première ovationnée de Samson et Dalila, avec Jordanka Milkova dans le rôle de Dalila.

Au cours de la saison 2016/17, Jordanka Milkova assumera le rôle d’Ascanio dans la reprise de l’opéra de Berlioz Benvenuto Cellini au Staatstheater Nürnberg. En outre elle va faire ses débuts  en Muse et Niklaus dans Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach à l’Opera-théâtre de Metz Metropole en France. Des concerts sont également  au programme de l’artiste à la Philharmonie de Jena, à la Tonhalle de Zurich, au Victoria Hall à Genève et à Schaffhausen, avec la Symphonie n° 3 de Mahler et Le Chant de la terre, ainsi que le Stabat Mater de Dvorak. En été 2017, Jordanka Milkova sera Maddalena dans Rigoletto, lors des Opernfestspiele St.Margarethen en Autriche. (Burgenland).

Site officiel

Brigitte Hool, soprano

Brigitte Hool obtient une Licence en lettres ainsi qu’un diplôme de journalisme à l’Université de Neuchâtel. Elle y reçoit les prix Werner-Günther et L’Express pour l’excellence de ses résultats. Elle fonde et dirige le Chœur de l’Université de Neuchâtel.

Après des études de violoncelle, elle obtient un diplôme de chant ainsi qu’un diplôme de virtuosité au Conservatoire de Neuchâtel,dans la classe d’Yves Senn. Elle est aussi diplômée comme professeur de yoga de l’Ecole Yogakshemam. Elle se perfectionne auprès de Grace Bumbry à Salzbourg. A Modène, elle travaille avec Mirella Freni qui lui accorde une bourse au mérite, et l’invite à ouvrir la soirée de gala en l’honneur de ses cinquante ans de carrière avec l’air de Micaela. En 2008 elle reçoit le Prix Culturel Vaudois. Elle est récompensée du prix culturel parisien Trofémina et élue Prix Trofémina 2010 devant 25 artistes, sportifs, etc, par trente professionnels de l’audio-visuel et de l’intelligentsia parisienne.

Soprano, elle chante sur des scènes prestigieuses comme la Scala de Milan, à l’Opéra Comique de Paris, le Capitole de Toulouse, les Opéras de Lyon, de Bordeaux, de Modène, de Nice, de Tours, de Vichy, le Bunka-Kaikan de Tokyo au Japon, la Tonhalle de Zurich, l’Opéra de Riga, le Théâtre Atticus d’Athènes, en Inde et au Brésil. Dans notre région également, à Lausanne, Vevey, Neuchâtel et Berne, ainsi qu’à Avenches, Gstaad, Saint-Prex et Morat.

Elle travaille avec les metteurs en scène et chefs d’orchestre tels que Giancarlo del Monaco,  Jérôme Savary, Laurent Pelly, Omar Porras, Stefano Ranzani, Roberto Rizzi Brignoli,  Claus Peter Flor, Ion Marin, Cyril Diederich, Paolo Arrivabeni.

A l’opéra, elle interprète notamment Zaida dans Il Turco in Italia sous la direction de Maurizio Benini, Micaëla dans Carmen, Susanna Les Noces de Figaro, Mimi dans La Bohème, Violetta dans La Traviata, le rôle principal dans Teseo, Eurydice dans Orphée et Eurydice, Zerlina dans Don Giovanni , Rusalka dans Rusalka, Fiordiligi dans Cosi fan tutte, Amelia de Amelia al ballo, Margerita de Mefistofele, Elisabetta dans Don Carlo, Santuzza dans la Cavalleria Rusticana.

Tout en continuant sa carrière de cantatrice, Brigitte Hool rencontre un grand succès avec son premier roman à suspens, Puccini l’aimait (280 p., L’Âge d’Homme, août 2016), déjà réédité après 20 jours, où elle parle de la musique vécue de l’intérieur, du rapport entre l’amour et l’inspiration artistique sur fond historique.

Site officiel