Pierre Héritier, baryton


Né dans une famille de musiciens, le baryton suisse Pierre Héritier est plongé dans le chant dès son plus jeune âge. Tout d’abord au sein de la Schola des Petits Chanteurs de Sion, placée alors sous la direction de son père, Bernard Héritier, puis dans les rangs de la Maîtrise de la Cathédrale de Sion et du chœur Novantiqua.

Après des études universitaires à Fribourg, Pierre intègre la HEM de Genève dans la classe de Gilles Cachemaille. Parallèlement, il se forme auprès  d’Isabelle Henriquez. Il participe à de nombreuses Masterclasses et est sélectionné par des structures pour jeune chanteur comme l’Académie Baroque d’Ambronay ou l’Opéra Studio de Genève.

A l’Opéra Studio de Lyon, il  poursuit sa formation auprès de Jean-Paul Fouchécourt . Il incarne notamment Tom dans Jérémy Fisher d’Aboulker et Madame Madou dans Mesdames de la Halle de Offenbach. Avant ça, il a été Guglielmo dans Cosi fan tutte, le Comte Almaviva dans Le nozze di Figaro, Tobia Mill dans La cambiale di matrimonio, le Figaro de Il barbiere di Siviglia, Hercules dans Hercules et Melisso dans Alcina de Haendel, Harasta dans La Petite Renarde rusée de Janacek…

Pierre est appelé à chanter comme soliste dans de nombreux oratorios : Le Messie de Haendel, les Passions selon saint Jean et saint Mathieu de Bach, les Oratorios de Noël de Bach et de Saint-Saëns, les Requiem de Mozart, Fauré et Duruflé, le Requiem allemand de Brahms, les Vêpres de Monteverdi. Avec le pianiste Juan David Molano, il se produit en récital pour les Dichterliebe de Schumann et Die schöne Müllerin de Schubert.

Au travers ses engagements, il rencontre des chefs comme Kazushi Ono, Sébastien d’Hérin, Ivan Törzs, Nicholas Jenkins, Sigiswald Kuijken, Ton Koopman, Bernard Héritier, Leonardo Alarcon et des metteurs en scène comme Michel Dieuaide, Jean Lacornerie, Cédric Dorier, Ellen Hammer, Andreas Rosas, James Bonas.

Lors de la saison 2016/2017, Pierre sera l’Horloge et le Chat de L’enfant et les sortilèges à l’Opéra de Lyon, et Liberto et le Littore dans Incoronazione di Poppea à l’Opéra Royal de Versailles et à l’Opéra de Vichy.

LinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *