Estrades 100% bois de Nabucco : documentation

Les trois estrades ont été mises en vente sur un site spécialisé dans la réutilisation d’éléments de construction, ce qui correspond à une tendance du secteur en vue d’une meilleure durabilité. Réutiliser les armatures et les bancs conçus spécialement pour celles-ci est une décision qui profite à tous, certes au vendeur et à l’ingénieur, mais aussi largement à l’acheteur, financièrement, techniquement mais aussi esthétiquement !

Voici les trois annonces publiées sur le site SALZA :

Pas de trace du module de scène en forme de spirale ? Nous communiquerons ultérieurement à son sujet !

Téléchargez ci-dessus des informations techniques plus détaillées ainsi que les plans :

Article publié durant les représentations de Nabucco à la Cathédrale en novembre 2018

Quelques prises de vue réalisées durant le montage des estrades, démontrant la simplicité surprenante de l’assemblage de cette structure innovante et économique à la fois :

Et pour finir, ajoutons le son à l’image…

Les estrades ont été utilisées pour 6 représentations quasi-complètes de Nabucco et mises à la disposition d’autres concerts en novembre 2018.

Intéressés ? Contactez-nous !

Votre adresse e-mail
Votre message parviendra à Maria Gili, présidente d’Amabilis.

Livret

Le livret imprimé pour nos concerts des 17 et 18 mai à Epalinges et Genève a été victime de son succès ! Nous prions notre cher public d’excuser ce désagrément et nous vous mettons à disposition ce livret au moyen du bouton ci-dessous. Merci de votre compréhension !

Suivez-nous sur Instagram !

Affiche-recherche-Musiciens

Si vous ne l’avez pas encore vu, notre orchestre adapte aussi sa communication : en plus de Facebook avec ses nombreuses fonctionnalités d’événements, Amabilis est désormais présent sur Instagram !

Merci à @mathieugili, le community manager et tromboniste qui s’en occupe !

Pour ceux qui aiment toujours le « fait maison », pas d’inquiétude, le site amabilis.ch reste bien vivant !

En attendant les concerts de mai…

Tirabosco-flute

A six semaines de nos concerts avec notre soliste, l’attente peut paraître encore longue. Fort heureusement, non seulement Michel Tirabosco se produira plusieurs fois en concert et dans son spectacle one man show, mais il dispose également d’une discographie très variée.

Visitez son site officiel et/ou découvrez la playlist Spotify ci-dessus rassemblant ses titres les plus écoutés. Mention spéciale à ses transcriptions de la Suite pour orchestre n°2 (avec la fameuse Badinerie…) et du Double concerto de J.S. Bach !

Michel Tirabosco, flûte de pan

Michel Tirabosco, flûte de pan

Michel Tirabosco, né à Rome d’un père italien et d’une mère suisse, arrive à Genève à l’âge de deux ans. Il a 7 ans lorsqu’il reçoit une flûte de pan, seul instrument adapté à sa morphologie. C’est une révélation !

Des mélodies tziganes aux danses slaves, de Bach à Vivaldi, on lui découvre très tôt une oreille musicale exceptionnelle. Il entreprend des études musicales qui lui vaudront un Certificat de flûte traversière à la flûte de pan avec félicitations du jury et un Diplôme d’écriture musicale au Conservatoire Supérieur de Genève, avec le prix du Conseil d’État. A l’âge de seize ans, il est invité à jouer un concerto avec orchestre symphonique. On le considère comme le jeune prodige de la flûte de pan. Les années suivantes, il enregistre son premier disque et part pour des tournées en Équateur et en Argentine avec le pianiste Miguel Angel Estrella.

C’est le début d’une belle carrière internationale qui lui permet aujourd’hui de jouer partout dans le monde. Il est invité par de nombreux chefs et orchestres, notamment en Turquie (Orchestre des Communautés Européennes), au Liban (solistes d’Amsterdam), en Russie (Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, Orchestre Mariinsky sous la direction de Valery Gergiev, Orchestre de l’Ermitage, Orchestre de Volgograd), en Belgique (les Musiciens d’Europe) en Suisse (Orchestre de Chambre de Neuchâtel, Orchestres de Fribourg et St Gall, Festival Bellerive, I Barocchisti).

Soucieux d’étoffer le répertoire de sa flûte de pan, Michel Tirabosco a commandé plusieurs concertos. Son désir est que la flûte de pan trouve aussi sa place dans les milieux académiques. On lui connaît de nombreux enregistrements en duo, trio, quatuor ou grand orchestre.

En 2016, il crée un spectacle d’humour musical, Tête de flûte et gueule de piano, en collaboration avec un pianiste. En février 2019, il est seul sur scène avec un one man show écrit pour lui, Tu seras flûtiste mon fils !

Sa musique n’a pas de frontière et doit servir à élever l’esprit et l’âme vers plus de beauté et de spiritualité. Pour lui, jouer est un véritable art de vivre, la musique une vraie quête de soi-même. Il est fasciné par le son et toujours en recherche du meilleur équilibre entre technique, musicalité et harmonie du corps.

Nouvelle présidence à Amabilis

Le 20 février dernier, notre orchestre organisait sa traditionnelle et incontournable Assemblée générale pour tirer un bilan de l’année écoulée et pour que le comité présente aux autres membres les projets à venir. Cette assemblée n’avait d’ordinaire que le nom, pour la plupart des membres : le seul président que la plupart d’entre nous avons connu jusqu’à présent est Yves Golay, qui a choisi de passer le relais après 18 (dix-huit !) années de présidence ininterrompues, encore plus dans le comité et bientôt 30 dans l’orchestre. L’orchestre est, lui, dans sa 57e année d’existence, dont déjà 15 sous la direction experte de Ferran Gili-Millera. Nous devons notamment à l’entente et aux capacités respectives d’Yves et Ferran, exceptionnelles pour un orchestre de musiciens amateurs, l’organisation de projets très ambitieux, souvent avec des choeurs de la région, depuis 2011 : il y eu Orfeo ed Euridice, opéra de Ch. W. Gluck (2012), la Symphonie n°2 Lobgesang de F. Mendelssohn (2012-2013), le Requiem de G. Verdi, le Messie de G. F. Haendel dans l’orchestration de W. A. Mozart (2017) et tout récemment, Nabucco de G. Verdi à la Cathédrale de Lausanne. Tous ces projets ont rencontré un grand succès public.

Qui pour succéder à Yves ? La tâche peut paraître herculéenne, et selon beaucoup, elle l’est mais la vie d’une société repose sur un comité et in fine sur le dévouement de chacun des membres. L’orchestre a innové en élisant à l’unanimité Maria Gili, qui connaît bien l’orchestre, c’est un euphémisme. Si vous venez à nos concerts (vous y êtes fortement encouragés !), vous l’aurez probablement déjà rencontrée à la billetterie mais ce n’est que la partie la plus visible de son activité passée avec Amabilis. La parole est à elle :

Le 20 février dernier, j’ai eu le grand plaisir d’être nommée présidente de l’orchestre Amabilis. Cet orchestre me tient à cœur, notamment parce que mon mari en est le directeur et mes enfants font partie des musiciens depuis plusieurs années déjà. Je n’ai pas le bonheur de maîtriser un instrument, mais je peux me mettre au service de la musique par d’autres moyens ! Nous avons également lié de belles amitiés au sein de cette formation, nous avons participé à des projets musicaux extraordinaires en famille, et je souhaite poursuivre la tâche de développer et de soutenir l’orchestre dans l’avenir.

C’est un challenge important, mais avec le soutien du comité et de tous les membres d’Amabilis, je ferai tout mon possible pour que notre orchestre continue à présenter de très beaux projets musicaux.

Avec tout mon dévouement,

Maria Gili

Nous saluons également l’entrée de Delphine Renard, flûtiste, en tant que secrétaire; pour le reste, le comité est inchangé.

Finissons musicalement: nous présenterons très prochainement notre nouveau programme, en mai 2019 et à la Fête de la Musique. Pour vous faire patienter, découvrez « notre » Nabucco, gravé sur un DVD, comme vous ne l’avez jamais vu !

Choeur des Hébreux, Nabucco de G. Verdi – dir. F. Gili-Millera, nov. 2018 à Lausanne

Bonus : Nabucco n’était pas le premier opéra de notre histoire, mais à quoi ressemblait Orfeo ed Euridice à l’Aula des Cèdres, en 2012 ?

Final d’Orfeo ed Euridice en 2012 à Lausanne – Publié avec l’autorisation de F. Gili-Millera

Photos officielles de Nabucco !

Etant donné que nous nous produisons à la Cathédrale de Lausanne, c’est le photographe officiel du lieu, Claude Bornand, qui assure la postérité de l’opéra en images. Il est allé un peu plus loin avec son assistante afin de présenter aussi bien le travail du chœur et de l’orchestre en répétitions que des vues inédites de la Cathédrale durant la mise en place. Les photographies sont mises en vente par Claude Bornand sous forme de tirages ou électronique. Découvrez-les et faites votre choix en toute sécurité sur notre nouvelle boutique !

Début de la catégorie « Photographies Nabucco » sur la Boutique Amabilis