Sylvain Muster, basse


Titulaire d’un diplôme d’enseignement du chant, d’un diplôme d’opéra et d’un prix de virtuosité obtenus à Neuchâtel et à Bienne, Sylvain Muster s’est perfectionné principalement avec la soprano américaine Grace Bumbry à Salzbourg, mais aussi auprès de grands maîtres comme Mirella Freni en Italie. Il est actif dans plusieurs domaines de l’art lyrique. En tant que basse, il est régulièrement engagé comme soliste pour des concerts d’oratorio dans des œuvres de Bach(Messe en si, Passion selon saint Jean, Passion selon saint Matthieu, Magnificat), Mozart (Requiem, Grande messe en do min., Messe du couronnement), Haydn (Die Schöpfung, Die sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze, Paukenmesse), Haendel (Messie, Dettinger Te Deum), Bruckner (Te Deum), Beethoven (Missa solemnis, 9e Symphonie), Dvorák (Stabat Mater), Verdi (Requiem), Rossini (Petite Messe Solennelle, Stabat Mater), etc.

A la scène, Sylvain Muster a tenu des rôles classiques dans des opéras de Mozart (Leporello, il Commendatore ou Masetto dans Don Giovanni, Figaro dans Le Nozze di Figaro), Bellini (Rodolfo dans La Sonnambula), Donizetti (Dulcamara dans L’Elisir d’Amor), etc. Il a aussi prêté sa voix à des opéras plus contemporains, comme le rôle de Tchouboukov dans La demande en mariage, une création du Lausannois Richard Dubugnon d’après un texte de Tchekov. A l’Opéra de Lausanne, il a été La Svegliata et Il Notaro dans Il Barbiere di Siviglia de Paisiello, mis en scène par Omar Porras ou encore Kromski dans La Veuve joyeuse de Lehár, mis en scène par Jérôme Savary.

En 2009, il s’installe à Salzbourg pour deux années d’études de composition et direction à l’Université Mozarteum. Il collabore à plusieurs reprises avec l’Oper im Berg Festival, où il interprète les rôles de Sarastro (Die Zauberflöte, Mozart), Don Basilio (Il Barbiere di Siviglia, Rossini), Colline (La Bohème, Puccini) ou encore le roi Dareios dans l’opéra Der Sonnenkreis, créé en 2009 dans la mise en scène de Barbara Bonney.

Sylvain Frank Muster a composé un Te Deum pour soli, chœur et orchestre, basé sur l’instrumentation du Requiem de Mozart. Il a également composé plusieurs opéras que l’on peut voir sur YouTube, comme Opus X, ou encore La Coquette punie, sur des textes de Michel Beretti. Sur un texte du même librettiste, il a composé Renart, opéra tout public joué 52 fois au Petit Théâtre de Lausanne et en tournée en Suisse romande en 2008-2010.

Sylvain Muster dirige le Chœur de l’Université de Neuchâtel, les Chœur et Orchestre du Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel et le Chœur La Campanelle de Pontarlier. Il enseigne le chant au Conservatoire de Musique de Neuchâtel et la pédagogie vocale à la Haute Ecole de Musique de Genève, site de Neuchâtel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *