Nouvelle présidence à Amabilis


Le 20 février dernier, notre orchestre organisait sa traditionnelle et incontournable Assemblée générale pour tirer un bilan de l’année écoulée et pour que le comité présente aux autres membres les projets à venir. Cette assemblée n’avait d’ordinaire que le nom, pour la plupart des membres : le seul président que la plupart d’entre nous avons connu jusqu’à présent est Yves Golay, qui a choisi de passer le relais après 18 (dix-huit !) années de présidence ininterrompues, encore plus dans le comité et bientôt 30 dans l’orchestre. L’orchestre est, lui, dans sa 57e année d’existence, dont déjà 15 sous la direction experte de Ferran Gili-Millera. Nous devons notamment à l’entente et aux capacités respectives d’Yves et Ferran, exceptionnelles pour un orchestre de musiciens amateurs, l’organisation de projets très ambitieux, souvent avec des choeurs de la région, depuis 2011 : il y eu Orfeo ed Euridice, opéra de Ch. W. Gluck (2012), la Symphonie n°2 Lobgesang de F. Mendelssohn (2012-2013), le Requiem de G. Verdi, le Messie de G. F. Haendel dans l’orchestration de W. A. Mozart (2017) et tout récemment, Nabucco de G. Verdi à la Cathédrale de Lausanne. Tous ces projets ont rencontré un grand succès public.

Qui pour succéder à Yves ? La tâche peut paraître herculéenne, et selon beaucoup, elle l’est mais la vie d’une société repose sur un comité et in fine sur le dévouement de chacun des membres. L’orchestre a innové en élisant à l’unanimité Maria Gili, qui connaît bien l’orchestre, c’est un euphémisme. Si vous venez à nos concerts (vous y êtes fortement encouragés !), vous l’aurez probablement déjà rencontrée à la billetterie mais ce n’est que la partie la plus visible de son activité passée avec Amabilis. La parole est à elle :

Le 20 février dernier, j’ai eu le grand plaisir d’être nommée présidente de l’orchestre Amabilis. Cet orchestre me tient à cœur, notamment parce que mon mari en est le directeur et mes enfants font partie des musiciens depuis plusieurs années déjà. Je n’ai pas le bonheur de maîtriser un instrument, mais je peux me mettre au service de la musique par d’autres moyens ! Nous avons également lié de belles amitiés au sein de cette formation, nous avons participé à des projets musicaux extraordinaires en famille, et je souhaite poursuivre la tâche de développer et de soutenir l’orchestre dans l’avenir.

C’est un challenge important, mais avec le soutien du comité et de tous les membres d’Amabilis, je ferai tout mon possible pour que notre orchestre continue à présenter de très beaux projets musicaux.

Avec tout mon dévouement,

Maria Gili

Nous saluons également l’entrée de Delphine Renard, flûtiste, en tant que secrétaire; pour le reste, le comité est inchangé.

Finissons musicalement: nous présenterons très prochainement notre nouveau programme, en mai 2019 et à la Fête de la Musique. Pour vous faire patienter, découvrez « notre » Nabucco, gravé sur un DVD, comme vous ne l’avez jamais vu !

Choeur des Hébreux, Nabucco de G. Verdi – dir. F. Gili-Millera, nov. 2018 à Lausanne

Bonus : Nabucco n’était pas le premier opéra de notre histoire, mais à quoi ressemblait Orfeo ed Euridice à l’Aula des Cèdres, en 2012 ?

Final d’Orfeo ed Euridice en 2012 à Lausanne – Publié avec l’autorisation de F. Gili-Millera

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.