J. Offenbach – Airs de La Périchole


Après une représentation le 13 février 2022 au temple d’Orbe, la soprano Anne Ramoni et Amabilis se produisent de nouveau les 24 juin à Lausanne et le 26 juin à Rolle. Nous vous distillons quelques textes durant cette semaine pour vous donner quelques indices sur le programme et susciter l’envie d’assister à ces concerts !

Lima, au Pérou : la Périchole et Piquillo sont chanteurs de rue et amants, la vie est dure et ils peinent à joindre les deux bouts. Alors que Piquillo est parti chercher à manger, le Vice-Roi passant par là remarque la Périchole et lui offre de l’inviter à sa Cour. Poussée par la faim, elle accepte, non sans laisser sur place une lettre à son amant.

Air de la Lettre

Oh mon cher amant je te jure
Que je t'aime de tout mon coeur,
Mais vrai, la misère est trop dure,
Et nous avons trop de malheurs!

Tu dois le comprendre toi-même
Que cela ne saurait durer
Et qu'il vaut mieux, Dieu que je t'aime!
Et qu'il vaut mieux nous séparer!

Crois-tu qu'on puisse être bien tendre
Alors que l'on manque de pain,
A quels transports peut-on s'attendre,
En s'aimant quand on meurt de faim!

Je suis faible, car je suis femme,
Et j'aurais rendu quelque jour,
Un dernier soupir, ma chère âme,
Croyant en pousser un d'amour!

Ces paroles-là sont cruelles,
Je le sais bien, mais que veux-tu?
Pour les choses essentielles,
Tu peux compter sur ma vertu!

Je t’adore, si je suis folle,
C'est de toi, compte là-dessus,
Et je signe la Périchole,
Qui t'aime mais qui n'en peut plus !

A la Cour, la Périchole est reçue avec les honneurs d’une grande invitée, et se fait servir un banquet comme elle n’avait jamais imaginé en vivre un de sa vie. Elle en ressort un peu… étourdie!

Air de la Griserie

Ah! quel dîner je viens de faire!
Et quel vin extraordinaire!
J'en ai tant bu, mais tant, tant, tant,
Que je crois bien que maintenant
Je suis un peu grise, un peu grise,
Mais chut! Faut pas qu’on le dise, 
Chut!

Si ma parole est un peu vague,
Si tout en marchant je zigzague,
Et si mon oeil est égrillard,
Il ne faut s'en étonner, car
Je suis un peu grise, un peu grise,
Mais chut! Faut pas qu’on le dise, 
Chut!

S’étant remise de ses quelques excès, la Périchole entame la mise à éxécution de son plan, à savoir obtenir du Vice-Roi des conditions de vie décentes pour elle et son amant, et cela, en tout bien tout honneur.

Mais voilà que Piquillo, ivre de jalousie et persuadé qu’elle l’a déjà trahi, déboule à grand fracas au Palais au milieu d’une fête, menaçant par son attitude de tout faire capoter.

Ah, que les hommes sont bêtes !

Que veulent dire ces colères 
Et ces gestes de mauvais ton? 
Sont-ce là, monsieur, les manières 
Qu'on doit avoir dans un salon? 
Troubler ainsi l'éclat des fêtes 
Dont je prends ma part pour ton bien! 
Nigaud, nigaud, tu ne comprends donc rien? 
Mon Dieu! que les hommes sont bêtes! 

Comment! tu vois que j'ai la chance, 
Et tu veux tout brouiller ici! 
Manquerais-tu de confiance? 
C'est un défaut chez un mari. 
Laisse-les donc finir, ces fêtes, 
Et puis après tu verras bien… 
Nigaud, nigaud, tu ne comprends donc rien? 
Mon Dieu! que les hommes sont bêtes!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :