Sébastien Guenot, scénographe

Ce qui m’intéresse le plus, c’est de brouiller les frontières entre différentes disciplines, de créer des espaces mêlant plusieurs dimensions imaginaires, et de faire interagir les médiums entre eux.

Né à Genève en 1974, Dessinateur architecte de formation, Sébastien Guenot à ensuite été diplômé de l’école de film de Vancouver en 2000. Il a vécu, étudié et travaillé plusieurs années sur les côtes ouest du Canada et de la Suède.

D’esprit indépendant et autodidacte, il a très vite percé dans la narration spatiale; d’abord en imaginant des illustrations et des films d’animations pour des sociétés de communications suédoises, et ensuite en imaginant des scénographies théâtrales, muséales et architecturales, ainsi que du graphisme culturel, de la communication visuelle et de la direction artistique pour plusieurs institutions, association ou entreprises privées, en Suisse. Ses directions artistiques singulières mettent l’énergie sur une narration visuelle globale en lien avec l’atmosphère du lieu et de son contenu. Tout son travail se développe autour de sa théorie que le contenu  narratif créer la forme artistique et spatiale.

Depuis 2017, poussé par un très fort désir intuitif d’exprimer son art ressenti depuis l’enfance, il a commencé un parcours artistique très individuel, loin des codes académiques, et s’est créé un espace singulier dans les arts narratifs contemporains. Depuis, il expose son travail régulièrement sur certains réseaux sociaux et dans divers lieux d’expositions.

En lien avec le travail de Sébastien Guenot pour Nabucco. Article publié le 07.11.18.

Car mon intime perception est que les individus, les cultures et les espaces constituent une sphère artistique cohérente qui permet de révéler un imaginaire collectif inconscient, mouvant, qui est inscrit en chaque être.

ECHO Magazine (01/11): article sur Diana Adamyan

Très bel article de Catherine Cattin dans l’ECHO Magazine, publication culturelle de Genève, à propos de notre amie Diana Adamyan, jeune violoniste arménienne dont nous vous parlions il y a quelques mois suite à sa première place au Concours Menuhin. L’idylle que vit Diana Adamyan avec la Suisse romande – lorsqu’elle n’étudie pas au Conservatoire de Munich ou qu’elle ne se produit pas en concert avec de grands noms – doit beaucoup à la détermination de Denise Bardel, pédagogue retraitée active de Ferney-Voltaire, ainsi qu’au flair et à l’organisation de notre cher président Yves Golay !

Les premières réponses tombent, toutes négatives. L’enfant est jugée trop jeune. Une formation musicale finit par répondre positivement à l’appel de la retraitée: c’est l’orchestre Amabilis à Lausanne.

« C’est après ce voyage que j’ai vraiment su que je voulais devenir violoniste professionnelle » remarque Diana Adamyan.

L’article peut être librement téléchargé au format PDF ci-dessous. Quant au reste de la publication et à l’abonnement à l’ECHO Magazine, c’est par ici.

Précédemment:

Jean-Philippe Guilois, metteur en scène

Jean-Philippe Guilois, metteur en scène

Jean-Philippe Guilois entre à l’École Nationale de l’Opéra de Paris en 1997 puis participe à différentes productions sur les scènes des Opéras Bastille et Garnier. Il quitte ensuite Paris pour l’École Rudra Béjart au sein de laquelle il étudie les danses classique et moderne ainsi que le chant. Avec la compagnie, il participe à plusieurs spectacles et tournées internationales. Il fait sa première expérience professionnelle aux côtés de Cisco Aznar et de la Compagnie Buissonnière dans Parce que je t’aime, présenté au Théâtre de Vidy. Tout en multipliant les contrats en tant que danseur, il est introduit au monde de l’opéra où il commence comme régisseur. Par la suite, il est assistant à la mise en scène pour La BohèmeNabuccoCarmenIl Barbiere di Siviglia et Madama Butterfly au Festival Avenches Opéra, AlcinaDon GiovanniL’Aiglon et My Fair Lady à Lausanne et Vichy, ainsi qu’Armide de Lully à Nancy. En 2017 et 2018, il crée les chorégraphies de My Fair Lady à l’Opéra de Marseille et du Bal Masqué à Nancy, au Luxembourg et à Maastricht. Il assure par ailleurs l’assistanat à la mise en scène de Cosi Fan Tutte. En 2019, il présentera une nouvelle production à la Grange de Dorigny en collaboration avec Cisco Aznar et concevra les chorégraphies de la Route Lyrique avec l’Opéra de Lausanne. Il se consacre actuellement à la création de mises en scène, chorégraphies, et pièces de théâtre.

Un Nabucco inédit à la Cathédrale de Lausanne: A l’attention de la presse

Un Nabucco inédit sera présenté à la Cathédrale de Lausanne en novembre prochain.

Le chef d’orchestre Ferran Gili-Millera et les metteurs en scène Gérard Demierre et Jean-Philippe Guillois présentent une vision originale de l’oeuvre de Verdi, dans un projet musical d’envergure réunissant près de 120 chanteurs et musiciens ainsi que des solistes de renommée internationale.

C’est dans une version inédite et quelque peu audacieuse, que le thème de l’immigration au coeur de ce célèbre opéra sera mis à l’honneur durant trois semaines. L’aménagement intérieur de la cathédrale sera composé d’estrades et d’une spirale en bois innovantes et originales, basées sur une technologie développée à l’EPFL.

Communiqué de presse

Informations détaillées sur les artistes

Dossier de presse IBOIS (EPFL)

Plus d’informations

Détail des représentations

Billetterie

Propos des metteurs en scène

Crowdfunding en cours

Social media

Amabilis

Ensemble vocal Horizons

Site web : choeur-horizons.ch

Facebook : facebook.com/choeur.horizons.1

Gérard Demierre

Site web : gerarddemierre.ch

Contact

[contact-form-7 id= »198″ title= »Formulaire de contact 1″]

Nabucco : Crowdfunding

Outre ses soutiens institutionnels, notre production de Nabucco à la Cathédrale renouvelle le genre en faisant appel à un financement participatif (crowdfunding), permettant à tout un chacun de contribuer à sa réalisation en échange d’avantages exclusifs. Devenez fan de cette campagne pour permettre son démarrage !

Humberto Ayerbe, ténor

Son répertoire très éclectique l’amène à chanter la musique de Monteverdi jusqu’à Nino Rota, dans des maisons d’opéra comme Lausanne, Genève, Bordeaux, Toulouse, Vichy, Tokyo, Stadthalle de Bayreuth, Luxembourg, Champs Elysées à Paris, Opéra de Reims et Théâtre Colon de Bogota, Teatro Mayor Julio Mario Santo Domingo. Il se produit sous la direction de chefs comme Christian Zaccharias, Pablo Heras Casado, Emmanuel Joël, Jean Marie Zeittuni, Franco Trinca , Hillary Griffiths, Rodolfo Fischer et des metteurs en scène comme : Jérôme Deschamps, Omar Porras, Nicolas Joël, Jérôme Savary, Marianne Cléments, Stephan Grögler, Alejandro Chacon.

Dans ses productions les plus récentes, on peu remarquer : Requiem de Mozart à Genève, Rolle et L’Abbey de Beaumont, ténor dan la Missa Gallica de Bernard Lallement à Genève et à Lyon , Bardolfo dans Falstaff au Teatro Mayor Julio Mario Santo Domingo à Bogota , Ténor, dans la Nelson Messe de Haydn, Jaquino, dans Fidelio de Beethoven, au Colon de Bogota, 2016, AMOK, opéra contemporain sur un livret expressionniste de Orianne Moretti et musique de François Cattin, à l’Opéra de Reims, Théâtre de la Chaux–des-Fonds, 2016, Petermann, dans M. Chou fleuri de J. Offenbach, avec l’Opéra de chambre de Genève, sous la direction de Franco Trinca et P. E. Rousseau, Les noces de Stravinsky à Vevey, Genève et Neuchâtel, Bâle, Gherardo dans Gianni Schicchi de Puccini à Genève, Le renard de Stravinsky au festival « Les Jardins Musicaux de Cernier », en 2015.

En Projet : Valzacchi, dans Der Rosenkavalier de R. Strauss au Teatro Mayor Julio Mario Santo Domingo et Ismael dans Nabucco de Verdi à la Cathédrale de Lausanne.