Brigitte Hool, soprano


Brigitte Hool obtient une Licence en lettres ainsi qu’un diplôme de journalisme à l’Université de Neuchâtel. Elle y reçoit les prix Werner-Günther et L’Express pour l’excellence de ses résultats. Elle fonde et dirige le Chœur de l’Université de Neuchâtel.

Après des études de violoncelle, elle obtient un diplôme de chant ainsi qu’un diplôme de virtuosité au Conservatoire de Neuchâtel,dans la classe d’Yves Senn. Elle est aussi diplômée comme professeur de yoga de l’Ecole Yogakshemam. Elle se perfectionne auprès de Grace Bumbry à Salzbourg. A Modène, elle travaille avec Mirella Freni qui lui accorde une bourse au mérite, et l’invite à ouvrir la soirée de gala en l’honneur de ses cinquante ans de carrière avec l’air de Micaela. En 2008 elle reçoit le Prix Culturel Vaudois. Elle est récompensée du prix culturel parisien Trofémina et élue Prix Trofémina 2010 devant 25 artistes, sportifs, etc, par trente professionnels de l’audio-visuel et de l’intelligentsia parisienne.

Soprano, elle chante sur des scènes prestigieuses comme la Scala de Milan, à l’Opéra Comique de Paris, le Capitole de Toulouse, les Opéras de Lyon, de Bordeaux, de Modène, de Nice, de Tours, de Vichy, le Bunka-Kaikan de Tokyo au Japon, la Tonhalle de Zurich, l’Opéra de Riga, le Théâtre Atticus d’Athènes, en Inde et au Brésil. Dans notre région également, à Lausanne, Vevey, Neuchâtel et Berne, ainsi qu’à Avenches, Gstaad, Saint-Prex et Morat.

Elle travaille avec les metteurs en scène et chefs d’orchestre tels que Giancarlo del Monaco,  Jérôme Savary, Laurent Pelly, Omar Porras, Stefano Ranzani, Roberto Rizzi Brignoli,  Claus Peter Flor, Ion Marin, Cyril Diederich, Paolo Arrivabeni.

A l’opéra, elle interprète notamment Zaida dans Il Turco in Italia sous la direction de Maurizio Benini, Micaëla dans Carmen, Susanna Les Noces de Figaro, Mimi dans La Bohème, Violetta dans La Traviata, le rôle principal dans Teseo, Eurydice dans Orphée et Eurydice, Zerlina dans Don Giovanni , Rusalka dans Rusalka, Fiordiligi dans Cosi fan tutte, Amelia de Amelia al ballo, Margerita de Mefistofele, Elisabetta dans Don Carlo, Santuzza dans la Cavalleria Rusticana.

Tout en continuant sa carrière de cantatrice, Brigitte Hool rencontre un grand succès avec son premier roman à suspens, Puccini l’aimait (280 p., L’Âge d’Homme, août 2016), déjà réédité après 20 jours, où elle parle de la musique vécue de l’intérieur, du rapport entre l’amour et l’inspiration artistique sur fond historique.

Site officiel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *